fr en
1953, Carrera Panaméricana, acrylique sur toile 2011, 1,5 m x 1 m © thierry nou
1954, Mille Miglia, impression sur aluminium, 2011, 1,5 m x 1 m © thierry nou
1956, Targa Florio, acrylique sur toile, 2011, 1 m x 1,5 m © thierry nou
1960, Sebring, acrylique sur toile, 2011, 1 m x 1,5 m © thierry nou
1962, G. P. de France, acrylique sur toile, 2011, 1 m x 1,5 m © thierry nou
1966, Targa Florio, acrylique sur toile 2012, 1 m x 1 m © thierry nou
1967, Targa Florio, acrylique sur toile, 2011, diptyque 2 x 1 m x 1 m © thierry nou
1968, Daytona, impression sur aluminium, 2011, 1 m x 1 m © thierry nou
1968, Monte-Carlo, acrylique sur toile, 2011, triptyque 3 x 1 m x 1,5 m © thierry nou
1969, Zeltweg, acrylique sur toile, 2011, triptyque 1 m x 1 m © thierry nou
1970, le Mans, acrylique sur toile, 2011, 1 m x 1,5 m © thierry nou
1971, Monza, impression sur aluminium, 2011, 1,5 m x 1 m © thierry nou

Première grande victoire de Porsche en championnat du monde. Jose HERRARTE ARIANO, sur 550, s’impose dans sa catégorie au terme d’une des courses les plus dangereuses du monde. Le rallye d’endurance créé en 1950 parcourt le Mexique reliant le sud-ouest au nord du pays. Poussière et chaleur sont de la partie, la fiabilité Porsche fait déjà référence.

En mai 1954 la domination Porsche est rude, l’écurie munie de 356 et 550 truste les victoires de catégories. Hans HERRMANN et Hubert LINGE, les deux héros de l’épopée Mille Miglia, connaissent cette année la frayeur de leur vie en passant sous la barrière fermée d’un passage à niveau, dix mètres devant la locomotive…

1956, année historique pour Porsche Ferdinand, l’épreuve Targa Florio est inscrite au championnat du monde des voitures de sport.
Avec une fluette 550, Umberto Maglioli et Huschke Von Hanstein remporteront une des premières grandes victoires devant des Ferrari enragées.

C’est la première victoire de Porsche à Sebring, elle lui est offerte par l’immense Hans HERRMANN. La victoire en sport automobile est d’abord le fait des hommes, la machine est leur instrument. Ainsi HERRMANN conduit deux voitures durant la course, sautant de l’une à l’autre et enchainant 720 km sans aucune pose ! Il termine néanmoins premier sur une 718 RS surnommée à l’époque « la grand mère »

Le grand prix de France 1962 fut le théâtre de deux grandes premières. L’une pour Dan GURNEY qui signe ici sa première victoire et l’autre pour Porsche qui, pour la première et unique fois, gagne en tant que constructeur et motoriste en Formule 1.

La 50e Targa Florio fut une épreuve inhabituelle pour Porsche, malgré les 906 engagées avec des améliorations toutes aléatoires et différentes, c’est une simple 906 d’usine prêtée à la célèbre équipe de la Scuderia Filipinetti qui remporta la victoire devançant largement la première Ferrari de plus de huit minutes.

1967, nouvelle victoire,
les trois premières places furent occupées par des 910/08.
Une domination Porsche indiscutable.

Les 24 heures de Daytona sont marquées cette année-là par une domination sans partage de Porsche. L’équipe prestigieuse, composée, entre autres, de Vic ELFORD et Hans HERRMANN aidés précieusement de leurs 907, confisque les trois premières places aux autres concurrents. Cette victoire s’ajoute à celle de Monte Carlo faisant de 1968 une année mémorable pour Porsche.

L’année 1968 fut celle de l’exaltation pour les passionnés de Porsche, elle marque le début d’une longue série de victoire sur le grandiose Rallye de Monte Carlo. Cette première gloire est l’oeuvre de Vic ELFORD et David STONE. C’est un moment historique, la jeune 911 remportait alors son premier grand titre.

Le circuit de Zeltweg en Autriche est délocalisé à partir de cette année, à la demande des pilotes un nouveau tracé est créé 1km plus loin, dans les montagnes. Porsche l’inaugure de fort belle manière, Jo SIFFERT et Karl AHRENS l’emportent sur 917. La machine à victoires qu’est la 917 ne s’enraye pas et les deux années suivantes ce sont deux nouvelles victoires Porsche à ZELTWEG sur 917K.

En 1969, au Mans, Hans HERRMANN termine deuxième, 120 mètres seulement derrière Jacky ICKX. L’homme des Mille Miglia a une revanche à prendre en 1970, même lieu. Cette année-là il avait promis à sa femme inquiète, que s’il remportait la course ce serait la fin de sa carrière. Chose promise, chose due, Hans HERRMANN gagne au Mans sur 917 et se retire.
Chapeau l’artiste !

Lorsque l’on demande au grand Vic ELFORD, vainqueur du Monte Carlo 1968 ou des 24H de Daytona avec Porsche, si dans sa carrière il a connu plus rapide que lui, l’homme répond : « Jamais ! … à part peut-être Pedro RODRIGUEZ… » Ce dernier, en 1971, épaulé par Jackie OLIVER, s’impose à MONZA. Deux mois plus tard il se tuera au volant d’une Ferrari 512 M durant une course à Nuremberg, mort sur scène.

Fermer